VillesUne flotte 100% électrique : la bonne option?
14 février 2022

Une flotte 100% électrique : la bonne option?

Par Florence Orsini
electric-bike-velo-fifteen.jpg

C’est une des premières questions que les collectivités se posent lors du montage de leur système vélo : quelle technologie choisir pour son territoire, électrique ou mécanique ?

Il y a en réalité 3 options :

  1. Une flotte 100% électrique
  2. Une flotte hybride
  3. Une flotte de vélos mécaniques

Les premiers systèmes de vélos en libre-service, au début des années 2000, étaient constitués uniquement de vélos mécaniques. Depuis, la donne a changé puisque les VAE représentent 32,5 % de la flotte de vélos en libre-service, alors que ce pourcentage était à zéro en 2015 (Source : Ademe).

Dans cet article, nous vous présenterons les avantages et inconvénients de chaque type de flotte.

100% électrique

Rien d’autre que des VAE pour votre service : une solution efficace pour limiter la congestion.

velo-electrique-epinal-vivolt.jpgVivolt, service de vélos électriques en libre-service à Epinal.

Avantages

  • Inclusivité : Cette solution va convertir des utilisateurs qui ne se pensent pas assez en forme pour utiliser un vélo mécanique. C’est également une obligation pour les territoires vallonnés, qui ne veulent pas voir certaines zones exclues de leur politique vélo (faute d’utilisateurs assez sportifs pour grimper une colline avec un vélo mécanique).
  • Longues distances : Les utilisateurs de VAE voyagent plus loin (7,6 km / trajet en moyenne) que les utilisateurs de vélos mécaniques (3,4 km / trajet).
  • Report modal : Si les distances parcourues en VAE sont plus longues, cela signifie que le VAE a plus de chances de remplacer des trajets en voiture que le vélo mécanique. Mettre en place une offre électrique, c’est une arme pour réduire la congestion et la pollution sur votre territoire.
  • Appréciés : Lorsque l’on étudie le système de vélos parisien, on se rends compte que les vélos électriques sont très populaires auprès des utilisateurs. Ne représentant que 40% de la flotte, chaque VAE effectue environ 10 trajets par jour, contre 4 pour les vélos mécaniques.
  • Réallocation naturelle : Quand il est facile de se déplacer (dénivelés, longues distances) les vélos électriques se déplacent naturellement sur l’ensemble du territoire, réduisant les réallocations manuelles nécessaires, et donc les coûts opérationnels.

Inconvénients

  • Coûts fixes : Les vélos électriques nécessitent un investissement initial plus important, cela étant dû principalement au coût des batteries. Il peut également être chronophage de relier les stations à une source d’électricité (nous reviendrons sur ce point dans la partie “hybride”).
  • Coûts variables : Si vous choisissez un système en free-floating (sans station), il vous faudra également compter avec des coûts de swapping des batteries, afin que les batteries des vélos électriques soient chargées à tout moment . Enfin, certaines pièces seront plus chères à changer (capteur de couple, par exemple).

Lire aussi : 4 raisons qui prouvent que le vélo électrique est le futur de la mobilité urbaine

Conclusion

Une flotte 100% électrique a de fortes chances de faire monter le taux d’utilisation du service.

C’est pourquoi, malgré les coûts d'investissement, un système de vélos électriques est un bon choix pour votre politique cyclable.

Quand les experts de l’industrie imaginent les villes de demain, c’est avec des véhicules électriques à chaque coin de rue. Il est peut-être plus efficace d’investir au plus vite dans une flotte électrique, que de devoir remplacer un système entier de vélos mécaniques.

 

5 étapes pour installer un système de vélos en libre-service dans sa ville

Hybride

Une flotte mixant vélos électriques et mécaniques est également une solution envisageable.

Avantages

  • Cible tous les usages : Avec une flotte hybride, votre service peut toucher tout type d’usage, et tout type de porte monnaie. Un même usager pourra choisir le vélo électrique pour aller au travail en semaine, et un vélo mécanique pour ses loisirs le week-end.

Inconvénients

  • Une infrastructure lourde : Il est évident qu’en lançant un service de vélos mécaniques et électriques, vous aurez à investir doublement dans l’infrastructure. Cette dernière doit être à minima compatible avec les deux modèles de vélo, ce qui implique par exemple d’électrifier toutes les stations.
  • Une maintenance complexe : L’entretien d’un vélo mécanique diffère de l’entretien d’un vélo électrique, ce qui implique plus de commandes de pièces détachées et plus de formation pour vos équipes.
  • Réallocation : Il ne s’agira plus uniquement de rééquilibrer le nombre de vélos à chaque station, mais également de s’assurer que vos usagers ont toujours le choix entre un vélo électrique et mécanique.
  • Risque de surutilisation : Les vélos électriques sont privilégiés par les utilisateurs, ce qui peut augmenter le taux de panne pour ces derniers.

Découvrez l'exemple de Paris

Le système Vélib’ compte 24 000 vélos dont 30% de vélos électriques. Malgré leur tarif plus élevé à la location, ils sont 2,5 fois plus utilisés que les vélos mécaniques.

Plus de la moitié des trajets se fait donc sur un tiers des vélos. Sans compter que le temps passé sur les vélos électriques est plus long : 61% du temps de trajet total est supporté par les Velib’ électriques.

Les conséquences? Nous savons déjà que les coûts d’entretien peuvent devenir exponentiels, et cela peut entraîner une baisse drastique du nombre de vélos électriques en circulation. Qu’advient il des vélos électriques restés en circulation? Ils seront encore plus plébiscités que ceux qui viennent de partir en réparation. Sans compter un autre problème : des batteries à plat, car elles n’auront pas eu le temps de se recharger entre deux utilisations.

Une pénurie en vélo électrique peut donc avoir de dramatiques conséquences sur l’expérience utilisateur, et sur les indicateurs de succès de votre service (la fidélité et le nombre moyen de trajets)

velib-paris-smoove.jpgDes vélos électriques (en bleu) garés à une station Vélib' à Paris.

Conclusion

L’impression de laisser le choix à l’utilisateur et de couvrir tous les besoins peut être une illusion : opérer une flotte hybride peut parfois poser de vrais problèmes de disponibilité si ces problèmes ne sont pas adressés en amont du lancement.

La question clé à se poser est donc la suivante :

Est-ce que les vélos mécaniques seront assez plébiscités pour justifier les coûts d’entretien des vélos électriques?

La réponse peut notamment passer par l’analyse topographique de votre territoire.

Une autre solution peut-être d’étudier la tarification de votre service de ce point de vue, afin que la tarification de vos vélos mécanique soit une incitation à leur utilisation, et que celle de vos vélos électriques prenne en compte les coûts de maintenance.

Mécaniques uniquement

Est-ce qu’il ne serait pas temps d’abandonner ce type de flotte, dont nous connaissons déjà les inconvénients?

Avantages

  • Coût d’achat plus faible : Les vélos mécaniques sont plus accessibles à l’achat. Cela peut être une solution pour des trajets courts, remplaçant ceux des transports en commun en centre ville.
  • Mode actif : Si votre objectif principal est la santé de vos collaborateurs, le vélo mécanique sera votre meilleur allié…S’ils l'utilisent en remplacement de leurs trajets habituels.
  • Une installation rapide : Même si les stations mécaniques demandent habituellement des travaux de voirie, ces derniers ne comprennent pas la connexion au réseau électrique (qui nécessite de contacter plusieurs fournisseurs d’énergie).

Inconvénients

  • Moins utilisé : Une flotte de vélos mécaniques sera moins utilisée, car une partie de la population ne sera pas prête à se lancer dans la mobilité active en remplacement de la voiture ou des transports en commun, notamment quand il s’agit des trajets domicile-travail.
  • Moins attractif que ses concurrents : Avec le développement de la micro-mobilité électrique, ou encore les ventes de vélos électriques dépassant celles des voitures électriques, une flotte 100% mécanique aura du mal à se faire une place, même dans les villes moyennes.
  • La réallocation…toujours : Lorsqu’une ville est vallonnée, même légèrement, il n’est pas rare qu’elle doive consacrer beaucoup de temps à la réallocation, notamment celle des stations haut perchées.

Conclusion

Il peut être tentant de choisir une solution mécanique par manque de moyens, mais il est peu probable que vous arriviez à atteindre vos objectifs de report modal grâce à une solution 100% mécanique (même si cela peut être un bon début).

Le choix est entre vos mains

Notre conviction est que les vélos électriques sont le meilleur moyen de construire les villes apaisées de demain.

Ils sont capables de remplacer des trajets qui se font habituellement en voiture, et donc de connecter vos zones périphériques et/ou celles moins desservies par les transports publics, assurant une inclusivité et une efficacité maximale à votre politique vélo.

Nous sommes à vos côtés pour étudier vos contraintes et trouver la meilleure solution pour votre territoire.

Prêt(e) à lancer un système de partage de vélos vraiment inclusif ?

Faites avancer votre culture et votre politique vélo. Recevez nos articles, guides et études directement dans votre boite mail.